j’évite / un cadre / la vie la vraie

j’évite aujourd’hui

ce qui doit être fait
ne le sera pas
aujourd’hui

je peux attendre
je peux me moquer
je peux rire aussi

c’est juste que
faire ce qu’il faudrait
faire ce qui doit être fait et bien le faire le faire dans les délais ne m’amuse pas beaucoup et ce qui ne m’amuse pas
j’évite aujourd’hui

mars 2005


Un cadre

Je trace un cadre puis file le remplir sans me demander ce que je dois y mettre et sans me demander si mes phrases ont du souffle ou de l’intérêt. Un exercice de rapidité. Entretenir la machine. Laisser filer et écrire plus vite que je ne peux parler, il n’en sortira peut-être rien et ce n’est pas grave. Un exercice. Tracer un cadre et vite le remplir. Pas de temps à perdre. Ma femme va rentrer. Mon fils va se réveiller. Je trace un cadre et le remplis toute vitesse et je tourne la page tout de suite après.

mars 2005

La vie la vraie

La vie. La vraie. Celle des supermarchés. Celle qu’on nous a promis. La vraie vie. Tu parles. Tu n’écoutes pas. Tu as peut-être raison. Tu as peut-être tort. Ça ne change rien. Pour personne. La vie dont on se moque. Les apparences et les formules de politesse. La vie dont on a rêvé mais ça ne se passe pas toujours comme prévu. Manger travailler dormir et de temps à autre se prétendre amoureux. La vie. Celle qu’ils nous ont laissée. Ça n’a pas dû leur coûter cher. Les lieux où souvent on se perd. Manquer d’argent. Manquer d’air. La vraie. On n’en a qu’une et les chats neuf il paraît. Une c’est bien assez. Souvent l’ennui. Souvent les lâchetés et passons sur la fatigue. L’impression de ne plus savoir avancer. La vie. La vraie. Comment ont-ils pu oser ? Ils feraient mieux de se taire. Ils feraient mieux de nous laisser. La vie. La vraie. La vie c’est rien. La vie c’est bien. C’est en tout cas ce qu’ils prétendent. Nous ne sommes pas au bout de nos échecs. Et quand bien même. La vie. La vraie. Ce qui lui ressemble. Celle qu’il nous faut abandonner. Celle où rien ne sera pardonné. Une arme à chaque extrémité. La vie. La vraie. Les odeurs dont il faut se débarrasser. Et ça continue. Ça ne sait pas s’arrêter.

2005, sous influence Programme (Arnaud Michniack, Damien Bétous)

Pub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *