La sobriété 2

peut-être que c’est la honte je ne sais pas
la honte non vis-à-vis des amis et amies qui ne savent rien – je bois/buvais toujours seul à la maison
la honte non vis-à-vis de ma femme qui n’a jamais fait la moindre réflexion
non
la honte vis-à-vis du gamin
la seule qui compte
le reste et les autres je m’en moque un peu je crois
la honte lorsqu’il voulait rester lire à côté de moi sur notre lit ou discuter ou faire un calin et je l’expédiais dans sa chambre pour enfin pouvoir me servir un verre
la honte lorsqu’il restait à lire à côté de moi et je dissimulais un verre entre le mur et le tatami et le buvais aussi discrètement que possible
– tu bois quoi ?
– whisky
– ah…
et je n’aimais pas ces moments, je n’aimais pas ces dialogues, je n’aimais pas me comporter ainsi avec lui, j’avais envie de boire, envie de boire vite et seul

la honte n’a pas disparu, elle s’est juste déplacée
sans alcool la dépression relève la tête
se manifeste au grand jour
je m’irrite pour un rien
lui crie dessus souvent
je l’ai encore fait pleurer avant-hier
la honte d’abuser de mon pouvoir
ma saloperie d’autorité

l’alcool était peut-être un problème, je ne sais pas, mon dernier bilan sanguin était normal
l’alcool était peut-être un problème et la sobriété est peut-être un début de solution
comme si je croyais aux solutions…
comme si je croyais en quoi que ce soit

mon père est malade, ma mère est malade, ma soeur est malade, il n’y a guère que le petit frère qui s’en sorte à peu près bien je crois, et encore, au fond je n’en sais rien, et c’est normal que je le sois aussi et même, je préfère ça, ce serait terrible de vivre bien, de ne pas se poser de questions, d’être satisfait de son sort, de sa vie, d’être à l’aise dans cette société, dans ce monde-là, ce serait renoncer à tout ce qui m’a construit, je comprends le suicide, l’alcool, l’héroïne, je comprends les excès, je comprends la colère et la révolte mais accepter, non, je ne sais pas et je ne veux même pas en entendre parler alors ça va continuer comme ça, je resterai sobre pour voir ce que ça donne et tâcherai de contenir mes colères et mes peurs, je tâcherai de ne pas faire trop de mal au gamin, le reste n’a aucune espèce d’importance

1 juillet 2016, TGV Lyon-Paris / 5 juillet 2016, Paris-Rouen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *